Pour « A la croisée des ombres » que nous voyons en face de nous lorsque nous pénétrons dans l’exposition, c’est la vue inopinée de l’ombre projetée sur un mur qui a déclenché son désir de mise en scène, elle reproduit alors cette ombre avec les phares de sa voiture grimpée sur le trottoir, et met en scène une jeune fille sur un mur tapissé des pages d’un dictionnaire. Elle aime jouer avec les glissements de sens, et aime que l’on s’interroge, ainsi la colonne qui se trouve dans le centre de la pièce, est une colonne de bois ancienne où son socle carré y est relié par une visse sans fin. C’est pièce maîtresse est ici, pour créer une résonance entre les travaux comme cette pièce allégorique sur l’abîme : «JEUXDEMAINSJEUDEMALINJEUDEMAIN», un adhésif collé au plafond qui ne peut être lu que dans le miroir placé en dessous. Le spectateur est intégré à l’œuvre, il se voit en même temps qu’il déchiffre, jeux de mains, jeu de malin, jeu demain et le miroir devient puit.

Dans le cadre de l'exposition personnelle "Aliénée" à l'Atabal à Biarritz j'ai présentée l’installation «Corps Manteau», elle met en place une scène de théâtre avec une horloge qui se remonte à l’envers.